L’ostéopathie pour les bébés

Fiona ChagnonParFiona Chagnon

L’ostéopathie pour les bébés

L’accouchement peut être le premier des traumatismes pour un être vivant. Il peut être à l’origine de pathologies aussi diverses que fréquentes comme strabisme, reflux gastro-œsophagien, rhinites et otites chroniques, troubles du comportement ou du sommeil, dyslexie, et en grandissant, attitudes scoliotiques, mauvaise occlusion dentaire…
Chaque naissance devrait être suivie d’un examen attentif. Un traitement ostéopathique précoce permet d’effacer les éventuelles séquelles de la naissance.

Première consultation du nourrisson :

1) L’ostéopathe interroge les parents sur le motif de la 1ère consultation pour leur bébé :

  • les conditions de la gestation
  • les conditions de l’accouchement
  • les conditions néonatales
  • et les conditions de vie du nouveau-né de la sortie de la maternité jusqu’au moment de la consultation.

Et ce en tenant compte des différents paramètres :

  • physiques (forceps, ventouses, poussée sur le ventre de la mère…)
  • chimiques (péridurale, déclenchement, prise de médicaments, vaccins…)
  • émotionnels (stress de la mère, vécu de la naissance…)

Il est important de noter la synchronicité d’apparition de symptômes ou de changement de comportement avec la prise de médicaments, d’un stress, d’une vaccination, d’une chute…

2) Important – Apporter toujours le carnet de santé :

L’ostéopathe va y trouver des informations complémentaires à l’interrogatoire qui pourraient avoir été oubliées par les parents :

  • cordon autour du cou du bébé
  • précision sur le positionnement des pieds (pieds bots…)
  • antibiothérapie du nouveau-né, soins intensifs en couveuse, hospitalisation
  • désobstruction, masque à oxygène
  • prise de sang au talon ou à la main (test de Guthrie)

Tous ces renseignements sont indispensables pour comprendre l’histoire du nourrisson de sa vie intra-utérine à aujourd’hui.

3) L’ostéopathe, pendant tout le temps de l’anamnèse, observe le nourrisson :

  • ses positions
  • ses attitudes
  • son comportement

4) L’ostéopathe va réaliser un grand nombre de tests afin d’obtenir un bilan clinique complet et il pourra par la suite traiter le bébé. Un suivi régulier pendant la 1ère année est fortement conseillé.

Ne pas oublier le doudou, la tétine et tout ce qui peut être nécessaire pendant la séance (alimentation, change…).
De plus, pour la première consultation il est préférable, si possible, que les deux parents soient présents.

 

Quand consulter ?

Observez bien votre bébé et n’hésitez pas à consulter dans le cas où :

  • votre bébé se cambre en arrière quand on le porte ou quand il se nourrit
  • il est raide avec les mains crispées
  • il sursaute au moindre bruit ou présente de petits tremblements
  • il est sans tonus et a du mal à tenir sa tête
  • il pleure constamment
  • il ne dort pratiquement pas ou présente des difficultés d’endormissement
  • il régurgite
  • il fait des coliques
  • il ne digère pas et est agité après la tétée
  • il présente des difficultés de succion, de déglutition
  • il use ses cheveux derrière la tête de manière asymétrique
  • il a fait des chutes
  • il a subi une ou plusieurs vaccinations
  • il présente une mauvaise position de pieds, de genoux, de hanches
  • il tourne toujours la tête du même côté
  • il a la tête plate
  • il louche en permanence
  • il fait des otites, rhino-pharyngites, bronchites à répétition, il respire mal
  • il fait de l’eczéma, des allergies
  • il a l’œil qui coule (canal lacrymal bouché) …

Un examen manuel très doux des différents mobilités physiologiques (abdomen, crâne, sacrum, thorax…) détectera les dysfonctions mineures à l’origine de tous ces symptômes.

Même si le bébé ne présente aucun trouble fonctionnel apparent, les mains attentives de l’ostéopathe lui permettront de bien démarrer dans la vie.

L’évolution psychomotrice de votre bébé :

En plus de l’importance pour le nouveau-né d’acquérir une flore proche de celle de sa mère afin que celui-ci ait de meilleurs anticorps, il est préférable que ce passage soit fait de façon naturelle pour que le bébé puisse intégrer les réflexes archaïques primitifs.
Des réflexes primitifs non intégrés peuvent causer de la difficulté avec la gestion des situations et/ou émotions, sources de stress fréquentes chez l’être humain.

Selon Dre Masgutova, des réflexes absents à la naissance ou qui ne disparaissent pas dans le temps peuvent indiquer certaines problématiques neurologiques :

« les réflexes du nourrisson influencent le développement moteur qui est d’une importance cruciale pour le développement du cerveau, pour les processus mentaux et intellectuels de la vie future de l’individu. »

La non-intégration de certains réflexes peut être expliquée par différentes choses : le stress de la mère ou du fœtus, un accouchement difficile ou par césarienne ou déclenché, une naissance prématurée, un choc émotionnel…

L’ostéopathe va vérifier les différents stades de développement de votre enfant. Toute anomalie doit faire suspecter un blocage de la structure ou un blocage neurologique.

Voici quelques repères très importants pour suivre l’évolution de l’acquisition motrice de votre bébé :

  • à 4 mois : tenue de la tête
  • à 6 mois : l’enfant est capable de prendre un objet à 2 mains et doit tenir assis
  • à 7 mois : retournement du dos sur le ventre
  • à 8 mois : marche de l’ours (le gainage)
  • à 9 mois : marche à quatre pattes
  • à 10 mois : il peut se verticaliser

La plagiocéphalie : « mon bébé a la tête plate »

Les plagiocéphalies correspondent à des asymétries du crâne. De multiples causes peuvent être à l’origine de ces déformations.

Celles-ci peuvent survenir :

  • au moment de la vie intra-utérine par asymétrie positionnelle fœtale, par la taille du fœtus, par des malformations utérines, par des grossesses multiples…
  • au moment de la naissance par les influences dues aux contractions utérines
  • lors de la descente du fœtus
  • au moment de l’expulsion
  • par l’utilisation d’instruments (forceps, ventouses…)
  • par la position de couchage prolongée sur le dos

A cette plagiocéphalie sont associés des signes : canal lacrymal bouché, reflux, otite, rotation de tête toujours du même côté, nervosité, pleurs…

Notre but, en tant qu’ostéopathe, est de redonner un maximum de mobilité aux os crâniens afin qu’au moment de la verticalisation, la tête s’adapte le plus facilement possible. Il est important d’emmener son bébé le plus rapidement possible car c’est dans les 6 premiers mois après la naissance que le crâne croît le plus.

 

 

À propos de l’auteur

Fiona Chagnon

Fiona Chagnon administrator

Ostéopathe D.O

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.