L’ostéopathie pour les personnes âgées en hôpital

Fiona ChagnonParFiona Chagnon

L’ostéopathie pour les personnes âgées en hôpital


L’ostéopathie est avant tout une médecine préventive : il faut donc éviter la perte d’autonomie dans les gestes de  la vie quotidienne, fréquente en gériatrie. Par conséquent, il est évident que l’ostéopathe peut apporter une importante « plus-value » pour la santé, et en particulier un mieux-être quotidien, en gériatrie, en travaillant en corrélation avec toute une équipe médicale et paramédicale.

De nos jours, l’ostéopathie reste encore très rare en hôpital et en maison de retraite, nous parlons même d’absence de poste salarié. Ceci n’est pas répandu alors qu’il peut être un service supplémentaire très intéressant pour ces patients.

L’ostéopathe joue un rôle important auprès de la personne âgée. Il peut prendre en charge tout type de patient. Après un interrogatoire précis, un examen clinique minutieux, le thérapeute s’adaptera en fonction de chaque patient et de sa pathologie.

L’ostéopathe peut intervenir auprès de patients atteints de la maladie d’Alzheimer et de démences apparentées, de Parkinson, de patients en soins palliatifs, de personnes polypathologiques… Il va aider à la gestion de leurs angoisses, de leur stress trop fort ou de leur vive anxiété qui les envahissent au quotidien.

Par exemple, chez les personnes atteintes d’Alzheimer, nous notons moins d’agitation et de déambulation à court terme à la suite des traitements. L’ostéopathe permet de tout faire pour soulager ces patients et leur permettre d’être mieux face à leur pathologie.

De plus, chez les personnes en soins palliatifs, nous savons que nous ne pouvons rien faire face à la maladie en elle-même mais l’ostéopathie peut apporter beaucoup à ces patients. C’est une aide pour soulager les souffrances ponctuelles. Ces personnes sont en général alitées, dénutries parfois et très affaiblies. L’ostéopathie intervient comme soutien psychologique, nous pouvons leur accorder suffisamment de temps.

Nous travaillons beaucoup sur leur angoisse, leur stress de la vie quotidienne. Le toucher doit être non invasif contrairement aux traitements contre le cancer, radiothérapie et chimiothérapie, qui l’ont été pour ces malades. Le but est d’accompagner au mieux le malade jusqu’à ses derniers jours.

L’ostéopathe va donc s’intéresser :

  • aux troubles digestifs et du transit (constipation, diarrhée, ballonnements, flatulences, acidité gastrique…) qui sont extrêmement fréquents en gériatrie. Ces personnes prennent beaucoup de traitement médicamenteux. Le rôle de l’ostéopathie est d’apporter des soins thérapeutiques non chimiques et de limiter la prise de médicaments ponctuelle.
  • aux difficultés de locomotion
  • aux douleurs articulaires et musculaires, à l’arthrose et à l’arthrite
  • aux névralgies (sciatique, cruralgie, névralgie cervico-brachiale…)
  • aux douleurs pelviennes (incontinence urinaire, infections urinaires, sacralgies, troubles prostatiques…)
  • aux troubles du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes…)
  • aux troubles alimentaires
  • aux troubles psychiques (dépression, nervosité, angoisse, fatigue chronique) …

Il veille à éliminer les troubles qui pourraient affaiblir la personne âgée.

L’ostéopathie est une thérapeutique non invasive et douce. Elle est l’une des seules professions qui peut prendre le temps nécessaire avec le patient. En effet, par manque d’effectif, les infirmiers et aides-soignants ne peuvent pas prendre le même temps que nous auprès des résidents. Leurs priorités étant d’accomplir toutes les tâches journalières ainsi que les urgences pouvant survenir.

À propos de l’auteur

Fiona Chagnon

Fiona Chagnon administrator

Ostéopathe D.O

2 comments so far

Avatar

DUVALPublié le8:36 - Jan 24, 2019

Bonsoir Fiona,
Je suis actuellement étudiante à l’IO-Rennes, en troisième année. En effectuant quelques recherches pour mon mémoire sur la maladie d’Alzheimer,
je suis tombée sur votre site. J’ai aussi vu que vous aviez parler de cette maladie dans votre mémoire.
Serait-il possible d’en discuter.
Cordialement,
Laëtitia DUVAL

    Fiona Chagnon

    Fiona ChagnonPublié le2:01 - Fév 2, 2019

    Bonjour Madame,
    Oui, j’ai réalisé un mémoire sur la prise en charge de patients atteints d’Alzheimer au sein d’une unité d’hébergement renforcé. Oui pas de problème, on peut en discuter avec plaisir.
    Bonne journée à vous.

Répondre à DUVAL Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.